État du marché du yachting

 

(extrait de « THE STATE OF YACHTING 2019 » par Superyacht Times)

 

Avant de nous tourner vers l'avenir, faisons le point sur la situation actuelle de l'industrie des superyachts. Il a fallu beaucoup de temps pour réorganiser la construction des superyachts suite aux difficultés rencontrées il y a dix ans. Aujourd'hui encore, on trouve partout dans le monde certains projets inachevés qui datent de cette période. En outre, à même période, de nombreux chantiers disparurent de l'industrie ou furent rachetés, ce qui entraîna une diminution du nombre général de chantiers en activité et une concentration de l’activité autour d'un certain nombre de grands chantiers spécifiques. Entre 2004 et 2008, 226 chantiers ont pu livrer 1 049 nouvelles constructions. Dix ans plus tard, entre 2014 et 2018, ce nombre a chuté à 170 chantiers pour 752 nouvelles constructions. La baisse du nombre de chantiers actifs se poursuit encore aujourd’hui. En effet, on enregistre 483 yachts pour 147 chantiers. Parmi ces 147 chantiers, les 25 premiers représentent 58 % du carnet de commande en nombre de yachts. En somme, l'industrie semble s'être concentrée davantage autour d'un plus petit nombre de grands constructeurs et a récemment connu quelques d'années de ventes fructueuses, en particulier en 2017 et 2018. Cela signifie-t-il pour autant que l'industrie peut envisager l'avenir avec confiance ?

Le carnet de commandes n’a jamais été aussi rempli que depuis 2011, année où de nombreux projets en plein essor étaient encore en construction. Nous constatons que des constructeurs spéculatifs vendent déjà leurs projets à des clients alors que la construction a déjà commencé. Serait-ce le signe d'un resserrement du marché ? Il n’y a qu’a observé les courtiers en yachts qui explorent le marché à la recherche des quelques bonnes affaires avec des yachts neufs ou « d’occasion » encore disponibles, ou tentent de convaincre les propriétaires de vendre leurs yachts. Un certain nombre de constructeurs ont également tenu compte de l'évolution du marché et sont en train de se développer en produisant leurs premiers modèles de plus de 40 mètres. Plusieurs nouveaux acheteurs sont connus pour avoir directement acheté des grands (+50m) ou très grands yachts (+80m), ce qui soutient également la tendance vers des yachts toujours plus grands.

La tendance de plusieurs chantiers portés vers la production de yachts plus grands pourrait s'expliquer par le fait que beaucoup des principaux chantiers navals réputés affichent désormais un carnet de commandes complet. Les clients qui souhaitent faire construire des yachts plus grands entièrement sur-mesure sans pour autant attendre plusieurs années choisirons de plus en plus des nouvelles constructions déjà livrées. Ce qui explique certainement qu’un chantier comme Amels, qui propose plusieurs yachts au-dessus de 50 mètres construits sur spéculations, ait réussi de belles ventes dernièrement. Le chantier a d’ailleurs récemment revu sa production avec des yachts plus longs pour la quasi-totalité de ses modèles.

L'évolution vers des yachts de type explorateur semble se concrétiser. En effet, de nombreux constructeurs de yachts aux caractéristiques similaires à celles des yachts d’exploration sont présents sur le marché, en particulier sur le segment de yachts de plus petite taille. Ces yachts ne sont pas totalement considérés comme des yachts d’exploration car beaucoup de ces yachts ne remplissent pas toutes les caractéristiques traditionnellement associées aux yachts purement explorateurs. D’ailleurs, les avis divergent encore sur la définition exacte d’un yacht d’exploration. Les armateurs privés souhaitent de plus en plus découvrir de nouvelles zones encore peu explorées et seul un yacht spécialement conçu leur permettent de le faire.

Avec 194 superyachts neufs en 2018, les ventes ont atteint leur plus haut niveau depuis le pic incroyable de 241 yachts en 2008. Cependant, plusieurs défis se profilent à l'horizon en termes de réglementation, de développement durable et selon la conjoncture économique.

LES VOILIERS

Pour les voiliers, le marché des nouvelles constructions se diversifie de plus en plus. Les constructeurs uniquement portés sur le large segment 30-60m ont tous dû sérieusement revoir leur stratégie, affectés par un affaiblissement des ventes depuis plusieurs années (environ 10 % des ventes de yachts neufs, alors que les voiliers représentent actuellement 16 % de la flotte en activité). Certains chantiers diversifient leur gamme de produits en se lançant dans la construction de yachts à moteur, tandis que d'autres misent sur la taille avec des projets de construction de yachts de plus de 60 mètres. Toutefois, dans ce segment, les constructeurs traditionnels de voiliers devront aussi faire face aux grands chantiers de yachts à moteur qui se lancent, à l’inverse, dans la production de voiliers proposant une toute nouvelle approche du marché. Si Nobiskrug et Oceanco sont parmi les plus connus, d'autres grands constructeurs de superyachts ont également travaillé sur la conception de très grands voiliers.

ÉCONOMIE

Les facteurs économiques demeurent la principale préoccupation. Le spectre des guerres commerciales se profile au-dessus des économies américaines et chinoises, tandis qu’en Europe, on s’attend à un ralentissement de la croissance économique en 2019. La croissance économique de l’Italie, un acteur majeur du monde des superyachts, s'est presque arrêtée dans les premiers mois de 2019, ce qui pourrait avoir un impact négatif sur la stabilité financière des constructeurs de superyachts dans ce pays. En effet, de nombreuses banques italiennes de taille moyenne sont déjà dans une situation difficile et devront réduire leurs prêts. Cette situation intervient à un moment où de nombreux chantiers navals italiens sont à peine en train de se remettre après des années passées à se serrer la ceinture.

LE BREXIT

Impossible de présenter cette analyse du marché sans évoquer le Brexit. Le Royaume-Uni, plaque tournante majeure de l'industrie des superyachts, traverse une période d'incertitude en raison de la perspective d’une sortie de l’UE. Le pays accueille un certain nombre de constructeurs de yachts à succès comme Princess et Sunseeker, des chantiers de rénovation renommés et un nombre considérable de sociétés d'équipement, de courtage, d'assurance et de design, etc. Mais le Royaume Uni accueille surtout une population importante de gens très riches, venant du monde entier, qui considèrent Londres comme leur maison. Que feront toutes ces entreprises et ces personnes si le Royaume-Uni se lance effectivement dans un Brexit sans accord ? L'incertitude qui entoure le Brexit a déjà incité de nombreuses grandes entreprises de divers secteurs à s'implanter dans les autres pays de l'UE.

L’ASIE

Dans le monde d’aujourd'hui, de plus en plus de fortunes privées proviennent des pays asiatiques. Toutefois, ces riches asiatiques ne possèdent pas autant de superyachts que leurs homologues américains ou européens ; du moins pas encore. Dans le même temps, le nombre d’acheteurs asiatiques de yachts est en constante augmentation. Ils représentent aujourd'hui plus de 7 % des propriétaires connus de yachts de plus de 40 mètres enregistrés dans les carnets de commande. Tout laisse à penser que le nombre de propriétaires asiatiques de superyachts va continuer d’augmenter.

LA RUSSIE ET L’AMÉRIQUE DU NORD

Les clients russes sont parmi les principaux acteurs de la formidable croissance de l'industrie des superyachts depuis 2000. Ils restent d’ailleurs des clients appréciés, en particulier dans le segment supérieur du marché. 11 % des superyachts de plus de 40 mètres vendus et actuellement en construction sont destinés aux propriétaires russes. Cependant, les clients nord-américains ont eux aussi joué un rôle de force motrice du marché ces dernières années. Leur rôle reste essentiel, avec une part de 17 % des superyachts vendus actuellement en construction. À l'avenir, beaucoup de choses reposeront sur l'appétit continu des Nord-américains pour les superyachts.

LES PRÉVISIONS

Les constructeurs de superyachts remarquent également que leurs clients sont de plus en plus jeunes et que certains de ces jeunes clients achètent des superyachts de très grande taille. Entre-temps, la flotte mondiale de superyachts a augmenté de 150 à 180 yachts par an au cours des dernières années. Avec 483 yachts, le carnet de commande actuel garantit encore près de trois ans de livraisons tandis que d'autres projets construits sur spéculation, notamment, seront lancés entretemps. Le marché de la rénovation et de l'entretien des yachts est également en plein essor. Les chantiers navals de cette industrie se préparant à accueillir davantage de très grands superyachts.

En 2019 et 2020, nous prévoyons entre 160 et 180 livraisons par année. Après 2020, cela dépendra principalement du volume des ventes de yachts neufs en 2019. Si le marché peut maintenir un volume de demandes semblable aux deux exercices précédents, le volume de livraisons en 2021 et 2022 sera encore élevé. Toutefois, l'incertitude économique croissante après un certain nombre d'années d’essor présente un risque de ralentissement important. Une récession économique semble probable, car nous approchons de la fin d'un cycle économique. Les constructeurs de superyachts sont actuellement très occupés et travaillent dur pour satisfaire les exigences de leurs clients. Néanmoins, les chantiers devront se montrer encore plus souples avec la certitude de pouvoir s’adapter aux nouvelles demandes d’une clientèle volatile pour pérenniser leur succès.

 

Photo: © Superyacht Times - www.superyachttimes.com